Comment poser un parquet à clouer soi-même ?

Afficher la table des matières Masquer la table des matières
Rate this post

À partir du moment où vous savez bien bricoler, vous pouvez tout à fait rénover vous-même le sol de votre maison avec la pose de parquet cloué. Pas besoin de couler du ciment comme avec le parquet contrecollé ou le parquet à pose flottante, par exemple ! En revanche, il faut maitriser la technique et opter pour du parquet massif pour que la structure soit réellement fiable. Il peut être en chêne, en teck, en pin, en châtaignier, en merbau ou autre essence, l’épaisseur minimale requise est de 20 mm. Comment procéder pour poser un parquet cloué ?

1. Préparer le sol

Il est possible de poser un parquet à clouer au rez-de-chaussée ou à l’étage sur une dalle de béton avec lambourdes fixées, sur une chape de ciment avec lambourdes flottantes, sur solives ou encore sur des lambourdes clouées sur solives. La première étape est de vérifier que le sol soit bien sec et plan. Il faut le ragréer ou ajouter des cales en dessous des lambourdes dans le cas contraire. Enlevez éventuellement les plinthes. Estimez aussi bien l’épaisseur du sol (lambourdes + lames) pour couper et poncer correctement le bas des portes avant la pose du parquet.

2. Poser les lambourdes

Selon les structures, les lambourdes se scellent, se collent ou se vissent sur les solives. Mais il faut que les deux soient perpendiculaires. Elles seront donc posées dans le sens de la longueur de la pièce. Si les lambourdes sont déjà fixées, vous n’aurez plus qu’à clouer le parquet. Sinon, respectez une distance de 35 à 40 cm entre chaque lambourde et posez une cale à 1 cm de chaque mur. Si vous travaillez sur une dalle de béton, il est nécessaire de sceller les lambourdes avec du ciment ou de plâtre. Vous pouvez installer un isolant comme la laine de verre au niveau de l’espace entre elles.

À lire Avis aux bricoleurs, voici les modèles de ponceuses excentriques sans fil choisir !

3. Poser les lames de parquet

Les lames de parquet doivent être alignées en perpendiculaire avec les lambourdes. Dirigez la partie rainurée vers le mur. Laissez également une cale d’environ 10 mm entre le mur et les lames, un espace indispensable, car le bois « respire » et se dilate. Ensuite, emboîtez bien les lames entre elles, en frappant avec un maillet ou un marteau. Attention, mettez une cale avant de taper si vous ne voulez pas abîmer le bois. Clouez ensuite les lames aux lambourdes en biais sur la languette. Mettez un trait de colle entre la lambourde et la lame auparavant pour éviter le grincement.

4. Les finitions

On pose, en général, la dernière rangée de lames contre murs, avec un tire-lame et on cloue par-dessus. Vous pouvez également envisager de le coller aux murs. On vient ensuite cacher les joints de dilatation (enlever les cales) par une contre-plinthe ou une plinthe. Pendant une à deux semaines (8 à 15 jours), il est conseillé de maintenir la pièce à une température moyenne de 20 °C. Il ne reste plus qu’à faire un ponçage final au grain 120 et appliquer la finition de votre choix : verni, cirée ou huilée dans le cas de parquet brut. Pour un entretien simplifié de votre parquet, il vaut mieux vitrifier. 

Les avantages du parquet cloué

Vous noterez que le parquet cloué est une pose traditionnelle assez technique, mais qui dure plus longtemps par rapport au parquet flottant et au parquet collé. Il a simplement besoin d’un ponçage et d’un vernissage en guise d’entretien. Attention, il ne convient pas à un sol chauffant.

En résumé, le parquet à clouer soi-même est :

À lire Bricorama à Rennes : la date d’ouverture 2024 est désormais connue !