Quelle épaisseur d’isolation choisir en fonction du contexte ?

Afficher la table des matières Masquer la table des matières
Rate this post

L’isolation thermique d’une maison est une question importante pour améliorer son confort et son espace de vie et, en particulier, pour économiser de l’argent dans la consommation d’énergie qui, en plus d’être bénéfique pour l’environnement, est également bénéfique pour votre portefeuille.

 

À lire Comprendre les tarifs de gaz et d’électricité en France

La meilleure façon de choisir le matériau le plus approprié pour l’isolation et même l’épaisseur de l’isolation à choisir sont deux questions qui tourmentent toute personne qui travaille sur l’isolation thermique. Ce n’est pas inhabituel puisqu’il n’existe pas de solution universelle ; cependant, il y a des calculs compliqués et des concepts barbares comme le lambda, la conductivité thermique ; la résistance thermique ; le déphasage, etc.

De plus, l’apparition de nouveaux produits et de solutions toujours plus performantes dans un secteur qui compte déjà une grande variété de matériaux d’isolation n’allège pas le fardeau de beaucoup de gens.

L’épaisseur adéquate d’un isolant est déterminée par un ensemble de directives que seuls le type et le contexte du projet d’isolation peuvent déterminer. Nous allons tout vous expliquer !

L’épaisseur idéale de l’isolation est un compromis entre plusieurs aspects

Il n’y a donc pas de réponse universellement acceptée au choix de l’épaisseur d’isolation appropriée, mais une variété de facteurs à prendre en compte lors de la décision finale.

À lire “Dites adieu aux moisissures : votre spray maison (recette simple et efficace)”

A lire :  Isolation Thermique : Quel est l’isolant le plus efficace à épaisseur égale ? Ouate, liège, laine de verre

La notion de conductivité thermique et d’isolation

L’épaisseur d’un matériau isolant dépend des caractéristiques du matériau (densité du matériau, densité et résistance à l’humidité) et de sa conductivité thermique. Le degré de conductivité thermique d’une substance est la capacité d’un matériau à disperser la chaleur sur une période de temps, ce qui correspond au fameux lambda l mentionné précédemment.

La conductivité thermique est un facteur qui affecte la résistance thermique des matériaux isolants, c’est-à-dire leur capacité à résister au froid ou à la chaleur et dans le cas qui nous concerne, leur capacité à résister à la chaleur ou au froid. Par conséquent, plus un isolant est inefficace thermiquement, moins il transmet (et perd) de chaleur et plus un élément est résistant, plus il retient efficacement la chaleur.

La conductivité thermique est liée à l’épaisseur du matériau utilisé pour isoler : plus la conductivité est faible, moins le matériau doit être épais pour pouvoir résister et isoler. La croyance selon laquelle plus le matériau est épais et plus il est isolant, mieux c’est est. Est une croyance commune qui devient de plus en plus difficile.

À lire Bloqué chez vous ? Découvrez comment débloquer un rideau métallique en un clin d’œil

Les caractéristiques du matériau utilisé pour l’isolation en matière d’épaisseur

Ne croyez pas que choisir le matériau qui a la plus faible conductivité thermique rendra votre maison plus efficace sur le plan énergétique. Ce serait réducteur, et l’isolation ne serait pas un problème majeur.

Le choix du type de matériau est basé sur un certain nombre de facteurs Nous n’installons pas d’isolant n’importe où. Le type d’isolant que nous utilisons dépend

  • des travaux d’isolation effectués (construction neuve ou rénovation, isolation par l’extérieur ou l’intérieur du bâtiment, etc ;
  • de facteurs externes, comme le climat de la région et l’orientation du bâtiment, ainsi que le taux d’humidité extérieure
  • la compacité de la construction
  • les éléments qui doivent être les éléments à être (toit du grenier, plancher des murs du grenier, pièces humides, grenier, etc ;)
  • le type de mur à isoler et ses propriétés thermiques ;
  • le système de chauffage choisi ;
  • la réglementation en vigueur (RT 2012 en France).

La bonne épaisseur à choisir dépend du matériau choisi qui, à son tour, dépend du type de travaux qui seront réalisés. La solution la plus efficace en cas de rénovation est de réaliser une évaluation thermique afin de déterminer précisément les besoins en isolation. Lorsqu’il s’agit de la construction d’une nouvelle maison, l’isolation doit être envisagée de manière globale et non comme une étape unique. Toutes les substances utilisées dans la construction doivent être choisies de manière totalement uniforme.

Les propriétés et l’épaisseur du matériau, une question d’usage

A ce stade de votre étude, il n’est pas nécessaire d’insister sur l’importance de prendre en considération tous les facteurs ci-dessus lors du choix d’un matériau d’isolation. Ce qui suit doit être considéré comme une généralisation et non comme une vérité complète ou une solution adaptée à chaque tâche d’isolation thermique.

À lire Ce produit dans votre cuisine qui anéantit les termites (Vous ne le devinerez pas !)

A lire : Ces erreurs qui peuvent réduire vos travaux d’isolation à néant !

Matériaux et épaisseurs pour isoler les murs d’une maison

Les murs qui entourent l’extérieur d’une maison sont responsables de 20 à 35 % des pertes de chaleur. Il existe deux façons d’isoler les murs d’une maison : l’isolation thermique par l’intérieur (I) et l’isolation thermique par l’extérieur (ITE).

Les matériaux d’isolation par l’intérieur doivent être choisis en fonction du type de mur à isoler. Bien que l’épaisseur de l’isolant réduise la surface habitable, il ne faut pas la réduire au minimum pour gagner de l’espace, au détriment de l’efficacité énergétique. Voici les matériaux d’isolation les plus courants utilisés à cet égard, ainsi que leur épaisseur minimale suggérée :

  • le polystyrène en panneaux, 14 cm ;
  • laine de verre en rouleaux ou en panneaux de 12 cm de long
  • panneaux de polyuréthane de 9cm et 11cm respectivement pour la mousse ;
  • Panneaux de ouate de cellulose de 15cm (17 cm pour les emballages en vrac) ;
  • panneaux de laine de roche ou de bois de 14 cm ;
  • panneaux de laine de chanvre de 16 cm.

75 % des Français utilisent la laine de verre en raison de son utilité, de sa souplesse et de ses performances thermiques.

À lire Révélation : Comment le vinaigre et le bicarbonate rendent votre lave-linge comme neuf ?

Concernant l’isolation thermique venant de l’extérieur (directement sur les murs de la façade) et quelle que soit la technique employée (ITE sous enduit, ITE sous bardage) il est courant d’appliquer :

  • des plaques de polystyrène expansé blanc (PSE) de 15 à 20 cm ;
  • des panneaux de laine de roche de 15 à 20 cm
  • Des panneaux de polystyrène expansé gris graphite de 14 à 18 centimètres ;
  • Panneaux de mousse de résine de 9 cm.

Il est important de noter que la RT 2012 impose une épaisseur d’isolant pour les murs quelle que soit la méthode entre 8 et 30 centimètres, pour un lambda compris entre 3 et 9 m2. K/W.

Matériaux et épaisseurs à utiliser pour l’isolation des combles, du plancher et de la toiture.

Nous avons tendance à nous concentrer principalement sur l’isolation thermique des murs d’une maison en pensant que c’est la principale. Ce n’est pas une erreur cependant, ignorer les autres éléments d’une maison est une erreur, cependant il est courant est que 20 à 30 % des déperditions thermiques sont dues à la toiture, et 7 à 10 % proviennent du sol.

Le cahier des charges RT 2012 impose l’utilisation d’un lambda compris entre 2,5 et 6 m2. K/W et de 8 à 30 centimètres d’épaisseur dans l’isolation des planchers. De la toiture. Un lambda de 5,5 à 12 m2. K/W et une épaisseur moyenne de 10 à 50 cm pour l’isolation des combles et de la toiture.

Parmi les principaux isolants utilisés pour les toitures ou les combles, nous citerons :

  • la laine de roche ou de verre (16 à 20cm) ;
  • le polystyrène expansé (24 cm) ; ;
  • le polyuréthane (12 à 14 cm en panneaux ; le polyuréthane (12 à 14 cm en panneaux, 18 à 21 pouces en mousse projetée)
  • cellulose en flocons (16 à 21 cm) ;
  • des panneaux de bois (20 à 30 centimètres).

En outre, le plancher est isolé directement en dessous, ce qui est une méthode qui ne réduit pas la surface du plafond, en élevant le niveau du plancher, tout en laissant la possibilité d’ajouter une isolation ou par le haut sur la dalle de béton.

Pour ce faire, vous pouvez utiliser du polystyrène (90 à 120 cm du bas, 60 à 70 cm du haut), de la laine de verre (90 à 120 cm du bas, 90 à 100 centimètres du haut) et du polyuréthane (70 à 100 cm du bas, 60 à 70 cm du bas).

La présence d’un vide sanitaire doit être prise en compte dans le choix des matériaux d’isolation, car il n’est pas directement en contact avec le sol.

Recevez 5 devis isolation pour consommer moins de chauffage