Étanchéité toit-terrasse : tout savoir sur l’étanchéité liquide

Afficher la table des matières Masquer la table des matières
Rate this post

La toiture-terrasse se démarque par sa forme plate ou légèrement inclinée (0 à 5 °). Elle peut constituer un espace à vivre si vous décidez de l’aménager ou bien se transformer en toit végétalisé ou avoir d’autres utilisations selon les besoins. Mais avant toute chose, elle doit être 100 % étanche pour protéger efficacement le bâtiment des intempéries. L’étanchéité empêche les infiltrations d’eaux, de neige, etc., susceptibles de détériorer et de fragiliser la structure du bâtiment.

Les produits d’étanchéité liquide sont parmi les meilleures solutions pour étanchéifier une toiture plate. Des marques réputées comme Maison Etanche, appartenant à Arcane Industries, distribuent une large gamme de ces produits si vous projetez de faire ou de refaire l’étanchéité de votre toit-terrasse. Procédé, avantages, inconvénients, prix, on vous dit tout sur le système d’étanchéité liquide dans les prochaines lignes.

L’étanchéité liquide, un procédé à base de résine

On utilise communément 3 types de matériaux pour étanchéifier une toiture-terrasse : le bitume, les membranes synthétiques (PVC ou EPDM) et le système d’étanchéité liquide aussi appelé SEL. Les SEL désignent les produits d’étanchéité à base de résine synthétique résistants. Ils sont à la fois efficaces, polyvalents et simples à utiliser par rapport aux autres membranes. Il faut notamment recouvrir la surface du toit-plat de plusieurs couches de SEL, telle une peinture, afin de former une membrane parfaitement étanche avec des finitions impeccables.

À lire Quelles sont les normes pour la pose de carrelage extérieur ?

Une résine pour l’étanchéité d’un toit terrasse peut être composée de polyester, acrylique, polyuréthane ou PMMA selon les formules. Elle garantit la résistance et l’isolation de la toiture-terrasse. Rappelons que si cette dernière n’est pas étanche, elle risque de favoriser les infiltrations d’humidité, l’apparition de moisissures et de champignons, etc. rendant ainsi la maison insalubre. Le dispositif d’étanchéité de toit est d’autant plus primordial au-dessus d’une pièce à vivre. Les infiltrations s’immiscent également au fil du temps à l’intérieur des murs, des gros et seconds œuvres de la maison, ce qui représente aussi un sérieux danger.

Etanchéité liquide sur le toit

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’étanchéité liquide ?

Les SEL sont capables d’étanchéifier toutes les surfaces, même les plus inaccessibles et les plus complexes. C’est un système adapté aux supports en bois, béton, fibrociment, bitume, métal, dallage en pierre, plastique… Ses applications sont également multiples : toit-terrasse, toiture végétalisée, conduits de cheminées, chéneaux, raccords, balcons, patios, etc. De surcroît, la résine étant une matière élastique, elle ne craint pas les fissures ni la stagnation d’eau, les variations de température. Elle peut durer jusqu’à 25 ans.

Il est possible de réaliser une étanchéité liquide sur des toitures-terrasses non aménagées ou aménagées. Dans le premier cas, on peut poser un revêtement bitumeux, du gravier, des dalles ou autres par-dessus. Dans le second cas, on a les SEL circulables où la couche de finition est antidérapante ou colorée (vernie, teintée, pailletée…), voire recouverte de revêtement comme des lames de bois, une dalle de grès, de carrelage, etc. La terrasse permet de circuler à pied.

À lire Avant qu’il ne soit trop tard : le moment crucial pour nettoyer votre toit

Seuls inconvénients, la résine d’étanchéité coûte cher et s’applique avec grande délicatesse même si elle parait facile à utiliser. Elle adhère au support au contact l’humidité de l’air. Elle exige donc certaines conditions pour une réalisation parfaite et une protection infaillible.

Comment réaliser une étanchéité SEL ?

On procède, généralement, par étapes pour réaliser une étanchéité de toit-terrasse. Déjà, il faut opérer sous la bonne température, soit entre 10 et 30 °C, quand il ne pleut pas et en évitant la période de gel. Lorsque les conditions météorologiques réunies, la surface doit être complètement saine et sèche.

  1. Nettoyer la toiture : il s’agira de démousser la toiture, de la poncer ou la décaper, puis terminer par des coups d’aspirateur pour enlever la poussière.
  2. Réparer les fissures : dans le cadre d’une rénovation, la réparation des fissures et des zones comme la base de cheminées s’impose afin d’éviter les défauts d’étanchéité
  3. Préparer le support : s’il y a besoin de poser des isolants thermiques, un écran pare-vapeur ou des couches en plus, vous devez le faire à ce stade.
  4. Appliquer une couche primaire d’accrochage : cette couche peut s’avérer nécessaire, surtout un support en métal ou une surface poreuse ou irrégulière pour une meilleure adhérence.
  5. Réaliser l’étanchéité : une fois que la couche primaire a bien séché, appliquer 2 ou 3 couches des produits d’étanchéité liquide (suivant le guide fabricant) à l’aide d’un rouleau ou d’un pistolet.
  6. Poser la finition : on termine par le revêtement final. Cela peut être du carrelage, du sablage antidérapant, caillebotte…

Combien ça coûte ?

En rénovation ou en construction neuve, le prix de l’étanchéité toit-terrasse à l’aide des SEL varie de 40 € à 95 €/m², le prix du matériau étant de 25 à 65 €/m² et celui de la main d’œuvre de 15 à 30 €/m².

Au vu de la complexité de pose des SEL, notamment s’il y a besoin de mettre en œuvre des couches de protection supplémentaires par rapport à votre toit-terrasse, nous vous conseillons de faire appel à un artisan qualifié. En faisant appel à un étancheur ou à un couvreur professionnel pour l’imperméabilisation de votre toiture, vous êtes éligible à certains financements de l’État et bénéficiez de travaux de qualité et de garanties sur l’étanchéité. Afin de bien comparer les devis travaux, sachez que celui-ci tiendra compte des facteurs comme :

À lire Comment trouver un expert du ramonage à Paris 1 ?

  • Le type de résine adapté au support
  • L’état ou l’ancienneté du support
  • La surface à couvrir
  • L’accessibilité de la terrasse
  • L’ajout de membranes, pare-vapeur ou voiles supplémentaires
  • Les contraintes techniques