La VMI, ou la ventilation mécanique 2 en 1 pour les maisons et les bâtiments !

La VMI, ou la ventilation mécanique 2 en 1 pour les maisons et les bâtiments !

Afficher la table des matières Masquer la table des matières
4.4/5 - (23 votes)

Respirer un air frais et pur à l’intérieur de votre domicile revêt une importance capitale. Pour ce faire, l’installation de systèmes de ventilation, tels que la ventilation mécanique par insufflation (VMI), est vivement recommandée.

Cette dernière permet l’évacuation des polluants et de l’humidité présents à l’intérieur de votre maison, tout en assurant un renouvellement efficace de l’air. Examinons de plus près son fonctionnement !

Qu’est-ce que la ventilation mécanique insufflée (VMI) ?

Dans le cadre de travaux de rénovation résidentielle ou commerciale, on entend souvent parler des systèmes VMC à simple ou à double-flux. Qu’en est-il alors des VMI ?

À lire Évitez les pièges : 8 astuces clés pour se blinder contre les fraudes en rénovation !

La ventilation mécanique insufflée est un système qui évacue l’air pollué et humide de l’intérieur d’un bâtiment vers l’extérieur, à l’instar d’une VMC. Cependant, contrairement à cette dernière, la VMI insuffle également de l’air frais à l’intérieur de la maison.

L’air insufflé est mis sous pression et propulsé mécaniquement à l’intérieur du logement, tandis que l’air humide est évacué passivement vers l’extérieur, à travers les zones humides telles que la cuisine, la salle de bains, ainsi que les défauts d’étanchéité et les ouvertures.

Comment fonctionne une ventilation mécanique insufflée ?

Le fonctionnement de la VMI est relativement simple. Elle commence par aspirer l’air extérieur depuis le toit, la façade ou les combles. Cet air est ensuite dirigé à travers un réseau de conduits vers un caisson où il est filtré et purifié pour éliminer les particules de poussière et les allergènes.

Ensuite, l’air est chauffé avant d’être insufflé à l’intérieur du bâtiment par le système de ventilation. Pour une efficacité optimale, l’insufflation se fait généralement en hauteur et au centre du logement. En parallèle, l’air pollué et humide à l’intérieur est évacué à travers les pièces humides et les bouches d’aération.

À lire Votre maison perd de la valeur ? L’erreur d’audit technique à éviter absolument !

Quels sont les types d’installation d’une VMI ?

Il existe deux types d’installation de ventilation mécanique par insufflation : centralisée et décentralisée.

La VMI centralisée

La VMI centralisée implique une à deux voies de sortie pour l’air insufflé, placées au centre du bâtiment, permettant une propagation uniforme de l’air neuf dans l’espace tout en évacuant l’air vicié.

La VMI décentralisée

La VMI décentralisée, quant à elle, comporte plusieurs sorties d’air, avec un réseau de soufflage installé dans plusieurs pièces de la maison.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la ventilation mécanique insufflée ?

La ventilation mécanique par insufflation présente de nombreux avantages, mais aussi quelques inconvénients à prendre en compte.

À lire Prêt immobilier : comment choisir la meilleure banque ?

Les atouts majeurs d’une VMI

Les atouts majeurs de la VMI résident dans sa simplicité d’installation et son efficacité, notamment dans les projets de rénovation. Avec peu de conduits nécessaires pour les installations centralisées, le processus est rapide et efficace. De plus, l’air est filtré et traité avant d’être distribué, ce qui contribue à améliorer la qualité de l’air intérieur.

L’installation décentralisée permet également d’évacuer l’air vicié de manière efficace dans chaque pièce, tout en insufflant un air propre.

Les inconvénients des VMI

Cependant, la VMI peut présenter des inconvénients, tels que l’installation complexe et coûteuse des systèmes décentralisés, ainsi que leur inadaptation aux bâtiments peu étanches.

Une étude réalisée par le Comité Scientifique et Technique des Industries Climatiques (COSTIC) pour le compte de l’ADEME souligne certains risques liés à l’évacuation de l’air vicié et humide à travers les parois des bâtiments, ce qui pourrait compromettre leur structure. De plus, la surpression d’air à l’intérieur du bâtiment peut entraîner de la condensation dans les parois non étanches, ce qui pourrait endommager leur intégrité à long terme.

À lire Plexiglas : a-t-il réellement sa place chez vous ?

Partagez votre avis