Les maisons anciennes sont-elles vraiment pénalisées par le DPE, même en 2024

Les maisons anciennes sont-elles vraiment pénalisées par le DPE, même en 2024 ?

Afficher la table des matières Masquer la table des matières
4.9/5 - (34 votes)

Les maisons anciennes évoquent souvent un charme et un cachet particuliers, nous transportant dans une époque révolue, empreinte de simplicité et de valeur.

Cependant, les propriétaires de ces demeures historiques font actuellement face à des sanctions financières et des travaux conséquents, en raison du classement de leurs habitations en bas de l’échelle en termes de performances énergétiques.

En effet, selon le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) établi par l’État, bon nombre de ces maisons anciennes sont étiquetées comme des passoires énergétiques, même si leur consommation réelle d’énergie n’est pas toujours excessive. Mais qu’en est-il précisément ?

À lire L’isolation des logements est-elle réellement la meilleure solution pour une rénovation énergétique efficace en 2024 ?

Quelle est la proportion de maisons anciennes en France ?

D’après les archives et les informations recueillies auprès des agences compétentes, un tiers des bâtiments et des habitations en France ont été érigés après la Seconde Guerre mondiale, tandis que les deux tiers restants datent d’avant 1948.

Le DPE classe la majorité de ces habitations en tant que passoires énergétiques, avec 60 % d’entre elles étiquetées en catégorie E, F ou G. Cependant, cette classification n’est pas toujours justifiée.

Selon le DPE, les anciens bâtiments sous-classés en termes de performances énergétiques sont contraints d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique ou d’isolation, bien que ces mesures ne soient pas toujours nécessaires. Néanmoins, elles entraînent souvent des coûts conséquents.

Les classifications du DPE sont-elles véritablement fondées ?

Des études ont démontré que les anciens bâtiments ne sont pas nécessairement plus énergivores que les maisons bien isolées. Autrement dit, les classements du DPE ne reflètent pas toujours la réalité.

À lire Et si le DPE n’était pas si fiable que ça ? Découvrez la consommation réelle des différentes classes !

En effet, les résultats du DPE sont régulièrement remis en question, car deux diagnostics réalisés sur une même demeure conduisent fréquemment à des conclusions divergentes. On observe des erreurs de calculs dans près de 63 % des cas, un chiffre significatif.

Il convient de noter que le DPE ne prend pas toujours en compte les conditions réelles vécues par les habitants des maisons, notamment celles des habitations anciennes, ainsi que les caractéristiques propres à ces bâtiments.

La nature des maisons anciennes est-elle responsable de leur mauvaise classification par le DPE ?

Les maisons anciennes bénéficient généralement d’une isolation naturelle efficace, réduisant ainsi leur consommation d’énergie, contrairement aux idées préconçues. Les matériaux utilisés lors de leur construction se révèlent souvent performants en termes de rétention de chaleur ou de fraîcheur à l’intérieur de la maison.

Cependant, ces caractéristiques ne sont pas toujours prises en considération dans le DPE. De plus, de nombreux propriétaires privilégient leur budget plutôt que leur confort, évitant ainsi une consommation excessive d’énergie pour chauffer leur maison au détriment de la facture énergétique.

À lire Ma PrimeRénov’ 2024 : qui sera concerné par les changements ?

Les DPE devraient-ils adopter une approche plus objective ?

De nombreux propriétaires de maisons anciennes appellent à une plus grande objectivité du DPE, en prenant en compte tous les facteurs et caractéristiques spécifiques à leurs habitations avant de les sous-classer.

Cela leur éviterait d’investir inutilement dans des travaux de rénovation onéreux, alors qu’une approche plus réfléchie pourrait suffire.

Par ailleurs, plusieurs personnes ayant déjà effectué des travaux de rénovation énergétique, suivant les recommandations du DPE, ont été déçues de constater que leur consommation d’énergie n’avait pas réellement diminué. Elles considèrent donc que les diagnostics effectués sont souvent erronés et peu ancrés dans la réalité.

Quel est l’avenir du DPE en France ?

Face à toutes les erreurs de calcul et au manque d’objectivité du DPE, signalés à maintes reprises, le ministère du Logement a exprimé à plusieurs reprises la nécessité de réviser les critères d’évaluation de cet outil.

À lire Gagnez deux lettres sur votre DPE avant 2025 !

L’objectif est d’aider les propriétaires de maisons anciennes à mieux évaluer les besoins énergétiques de leurs demeures, ainsi qu’à déterminer quels travaux de rénovation énergétique sont véritablement nécessaires.

Le ministère considère le DPE comme un outil précieux pour évaluer les performances énergétiques des maisons, soulignant qu’il serait dommage de s’en séparer. Cependant, il est impératif de l’ajuster et de l’adapter au mieux à la réalité des maisons anciennes et à leurs spécificités.

Partagez votre avis